La capitale de la côte d’Opale est cette année placée sous le signe des superstitions. Rien d’étonnant pour cette 13è édition du jardin éphémère !

Louis Djalaï et son équipe de jardiniers de la ville s’en sont donné à cœur joie pour transformer la place de la mairie. Vols de corbeaux, batailles de chats hurlants, hululements déchirants, la bande son de la balade inaugurale du 22 juin dernier… ont plongé d’emblée dans l’ambiance un public venu en nombre découvrir les différentes mises en scène aux décors bâchés depuis un mois.

Il faut dire que Louis Djalaï, n’en est pas à son coup d’essai. Jardinier-brocanteur et collectionneur de tableaux à ses heures, le responsable des espaces verts élabore et réalise tous les décors avec les 15 jardiniers du service en un temps record. Tout est conçu en interne, les serres de la ville fournissent les plantes fleuries tandis qu’une grande liberté est laissée aux épuipes pour imaginer un jardin à thème le temps d’un été.

Superstitions en 2019 : un thème universel

Quelle que soit notre origine, notre culture, que l’on y croit ou pas, il y a toujours quelque chose d’une supersistion qui nous parle. Ainsi, qui n’a pas offert un brin de muguet au 1er mai ou joué à la loterie un vendredi 13 ? Le jardin présente donc une grande variété de ces croyances, accompagnées des panneaux explicatifs de leurs origines, de la bible à nos jours en passant par le moyen-âge.

Aussi ludiques qu’éducatives, les parties de ce jardin illustrent une table garnie de couteaux croisés et de sel, des échelles avec leur nœud de potence, une forêt de chats noirs, un marché couvert normand surmonté de corbeaux en terre cuite vernissée, une table dressée de douze couverts blancs et un jaune, une autre avec des pains posés à l’envers, des parapluies ouverts dans une maison, un hibou crucifié sur une porte, des chapeaux sur un lit…

Les croyances liées aux végétaux ne sont pas oubliées avec des essences de bois porte-bonheur, de l’ail, des boules de gui, du trèfle à quatre feuilles ou encore un massif de muguet, dont il est rappelé que cette fleur fut la préférée du couturier Christian Dior… Ouf ! sauvés par les plantes !

En fin de saison, tous les objets du jardin éphémère seront revendus aux enchères.

Isabelle Cordier