L e legs ne met pas un terme au bail rural , q ui se poursuit avec le nouveau propriétaire. Le seul risque se situe en fin de bail, si le nouveau propriétaire est agriculteur lui-même et souhaite cultiver les terres. Dans votre cas, cela semble peu probable. Concernant la maison, en tant que fermier en place, vous bénéficiez en principe d’un droit de préemption en cas de vente, c’est-à-dire d’un droit prioritaire pour acheter. Bien...
Contenu réservé aux abonnés du Lien Horticole

Pour y accéder : 3 possibilités !

56%

Vous avez parcouru 56% de l'article

Vous êtes déjà abonné, inscrivez-vous.

Inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris
Vous n’êtes pas abonné, abonnez-vous.

Profitez de l’intégralité des contenus du site en vous abonnant en formule Intégrale ou 100% Numérique.

Je m'abonne
Vous n’êtes pas abonné, découvrez gratuitement.

Profitez, sans engagement, de tous les services de Le Lien Horticole pendant 1 mois, y compris l’accès complet au site Internet.

Je decouvre