C’est bien sûr à celui qui cause un préjudice de le réparer. Le principe est que les bruits d’activité peuvent être sanctionnés dès lors qu’ils troublent de manière anormale le voisinage. Toute personne engage sa responsabilité civile lorsqu’elle est à l’origine de bruits excédant la normale et pouvant causer un préjudice à autrui. Selon la jurisprudence, l’action intentée contre le responsable de troubles de voisinage est recevable dès lors que les voisins subissent des nuisances dépassant les contraintes raisonnables de voisinage. La victime doit démontrer l’existence d’un inconvénient anormal. Les juges évaluent l’importance du trouble au regard des capacités de résistance de l’homme et de son environnement. Dans votre hypothèse, y a-t-il des voisins, le terrain est-il construit ?