Certains massifs forestiers, comme la forêt de Bouconne (le poumon vert toulousain), subissent le fort appétit des chenilles. Très rapidement les arbres sont défeuillés et prennent un aspect de forêt hivernale. Heureusement ces chenilles — contrairement à ses cousines les processionnaires du pin ou du chêne — ne sont pas urticantes. Pas d’inquiétude pour les arbres, ils effectueront une seconde pousse en août. La...
Contenu réservé aux abonnés du Lien Horticole

Pour y accéder : 3 possibilités !

88%

Vous avez parcouru 88% de l'article

Vous êtes déjà abonné, inscrivez-vous.

Inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris
Vous n’êtes pas abonné, abonnez-vous.

Profitez de l’intégralité des contenus du site en vous abonnant en formule Intégrale ou 100% Numérique.

Je m'abonne
Vous n’êtes pas abonné, découvrez gratuitement.

Profitez, sans engagement, de tous les services de Le Lien Horticole pendant 1 mois, y compris l’accès complet au site Internet.

Je decouvre