La sécheresse de l’été 2018, aggravée par celle de l’été 2019, a entraîné des stress et des affaiblissements d’arbres, ce qui a accru leur sensibilité aux agressions parasitaires. De nombreuses essences sont affectées : pins, douglas, épicéas, érables­, charmes, frênes, chênes... L’hiver 2018-2019, très doux, a pu favo­riser les maladies cryptogamiques...
Contenu réservé aux abonnés du Lien Horticole

Pour y accéder : 3 possibilités !

40%

Vous avez parcouru 40% de l'article

Vous êtes déjà abonné, inscrivez-vous.

Inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris
Vous n’êtes pas abonné, abonnez-vous.

Profitez de l’intégralité des contenus du site en vous abonnant en formule Intégrale ou 100% Numérique.

Je m'abonne
Vous n’êtes pas abonné, découvrez gratuitement.

Profitez, sans engagement, de tous les services de Le Lien Horticole pendant 1 mois, y compris l’accès complet au site Internet.

Je decouvre