Début mai, les premières colonies de pucerons s’observent sur les jeunes pousses et les jeunes feuilles de différents végétaux. C’est le moment de renforcer la surveillance et ses observations pour vérifier la présence et l’action des auxiliaires autochtones, puis évaluer le risque pour les fruitiers, le potager et le jardin d’ornement. Les premières momies de parasitoïde peuvent déjà se remarquer...
Contenu réservé aux abonnés du Lien Horticole

Pour y accéder : 3 possibilités !

53%

Vous avez parcouru 53% de l'article

Vous êtes déjà abonné, inscrivez-vous.

Inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris
Vous n’êtes pas abonné, abonnez-vous.

Profitez de l’intégralité des contenus du site en vous abonnant en formule Intégrale ou 100% Numérique.

Je m'abonne
Vous n’êtes pas abonné, découvrez gratuitement.

Profitez, sans engagement, de tous les services de Le Lien Horticole pendant 1 mois, y compris l’accès complet au site Internet.

Je decouvre