Que l’on soit utilisateur ou spectateur, que l’on soit dans un stade mythique ou celui de notre commune, on apprécie toujours de voir le sport se pratiquer sur de belles pelouses. Les pelouses sportives en libre accès sont soumises à l’interdiction de l’usage des produits phytosanitaires. Seules les enceintes réservées aux pratiquants des clubs sportifs peuvent encore les utiliser.

Le ray-grass anglais est l’espèce la plus commune dans les stades car elle résiste bien au piétinement et s’installe rapidement. On y trouve également de la fétuque élevée, résistante à la sécheresse, ou du pâturin des prés, particulièrement dense. Les agrostides, à l’incomparable finesse, se retrouvent le plus souvent sur les greens de golf.

La résistance au piétinement est un caractère important et donc un axe de recherche majeur. Misez donc sur les variétés les mieux adaptées à ce critère lors de votre projet de création de pelouse sportive.

L’implantation d’une pelouse sur un stade se fait sur un sol parfaitement nivelé. Le semis se fait par un matériel adapté qui assure un bon compactage après le dépôt de la graine. Ensuite, un arrosage régulier et raisonné va venir accompagner l’implantation de la nouvelle pelouse.

La création d’un golf est quant à lui particulièrement complexe et passera d’abord par la création d’un relief avant l’apport d’une épaisseur de terre végétale pour y implanter les différents gazons, qui correspondent aux différentes parties du parcours (fairway, rough, green…)

Il est important de conserver une période de l’année où la pelouse sportive ne sera pas sollicitée. C’est le moment où il faudra rénover et ressemer d’éventuelles parties dégradées.

Le matériel et la fréquence de tonte joueront aussi un rôle dans le maintien de la qualité de la pelouse. Il faut également éviter les apports d’eau excessifs, qui ne vont pas permettre aux racines de se développer de manière optimale et vont donc diminuer la résistance au piétinement.

GNIS