En vertu de l'article L. 325-3 du code rural, le régime de l'entraide agricole prévoit que le prestataire reste responsable des accidents du travail survenus au cours de l'entraide à lui-même ou aux membres de sa famille.

Réciproquement, si un dommage est causé au bénéficiaire par celui qui rend le service, il ne peut engager la responsabilité de ce dernier.

Cependant, la Cour de cassation a admis que, lorsque l'accident survenu dans le cadre de l'entraide est causé par un véhicule terrestre à moteur, les règles d'indemnisation des accidents de la circulation sont applicables. Autrement dit, si vous arrivez à prouver qu'il s'agit d'un accident de la circulation, ce sera à l'assureur qui garantit la responsabilité civile du véhicule terrestre à moteur impliqué de vous indemniser. On entend par véhicule terrestre à moteur tout engin (ainsi que ses remorques ou semi-remorques) arrêté et garé sur une voie ouverte à la circulation publique ou un engin en mouvement tant sur la voie publique que sur une voie privée.