Selon l'article L. 411-28 du code rural, le preneur n'est pas libre de supprimer, dans les limites du fonds loué, les talus, haies, rigoles et arbres séparant ou morcelant des parcelles attenantes pour les réunir en vue d'améliorer les conditions de l'exploitation.

Il ne peut procéder à ces aménagements pendant la durée du bail qu'avec l'accord du bailleur. Le fermier doit notifier son projet au propriétaire par lettre recommandée avec accusé de réception.

Les travaux entrepris sans l'accord du propriétaire ou au mépris de son opposition sont irréguliers et engagent la responsabilité du fermier.

Le propriétaire doit pouvoir exiger la remise en état des lieux plutôt que de simples dommages et intérêts pour dégradations devant le tribunal paritaire des baux ruraux.

Par contre, il ne s'agit pas d'un motif de résiliation du bail.